Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

7 articles avec acrostiches

Rimes masculines/féminines

Publié le par Sifranc le correcteur

Rien à voir avec le genre féminin
ou masculin !

 

Une rime féminine est une rime qui termine par un E muet,

exemple: « rôle » « drôle » « incendie ».

NB. Sont considérées comme rimes féminines celles se terminant par «E», «ES»
et «ENT» (verbe conjugué à la 3e personne du pluriel)

 

Une rime masculine est une rime qui ne termine pas par un e muet,

exemple: « virilité » « rumeur » « humeur »

 

Disposition des rimes alternées:

Rimes plates : AA BB CC

NB. Les rimes plates ne sont à utiliser que dans les poèmes d'un seul tenant. Elles sont proscrites dans les quatrains.


Rimes croisées : ABAB CDCD

Rimes embrassées : ABBA CDDC

Rimes redoublées (reprises au moins trois fois) : AAAB ...

 

Donc, en rimes croisées, une rime masculine doit toujours être suivie par une rime féminine et vice versa…. Exemple plus bas avec Brassens

 

La chasse aux papillons

Rimes alternées F/M (du début à la fin !!!)

 

Un bon petit diable à la fleur de l'âge F

La jambe légère et l'œil polisson M

Et la bouche pleine de joyeux ramages F

Allait à la chasse aux papillons M

 

Comme il atteignait l'orée du village F

Filant sa quenouille, il vit Cendrillon M

Il lui dit : "Bonjour, que Dieu te ménage F

J't'emmène à la chasse aux papillons" M     etc.

 

Cendrillon ravie de quitter sa cage

Met sa robe neuve et ses bottillons

Et bras d'ssus bras d'ssous vers les frais bocages

Ils vont à la chasse aux papillons

 

Il ne savait pas que sous les ombrages

Se cachait l'amour et son aiguillon

Et qu'il transperçait les cœurs de leur âge

Les cœurs des chasseurs de papillons

 

Quand il se fit tendre, elle lui dit : "J'présage

Qu'c'est pas dans les plis de mon cotillon

Ni dans l'échancrure de mon corsage

Qu'on va à la chasse aux papillons"

 

Sur sa bouche en feu qui criait : "Sois sage !"

Il posa sa bouche en guise de bâillon

Et c'fut l'plus charmant des remue-ménage

Qu'on ait vu d'mémoir' de papillon

 

Un volcan dans l'âme, ils r'vinrent au village

En se promettant d'aller des millions

Des milliards de fois, et mêm' davantage

Ensemble à la chasse aux papillons

 

Mais tant qu'ils s'aim'ront, tant que les nuages

Porteurs de chagrins, les épargneront

Il f'ra bon voler dans les frais bocages

Ils f'ront pas la chasse aux papillons

 

Voir aussi: Le Gorille, Brave Margot, Le Testament....

 

En rimes plates ou suivies c’est pareil mais par paire de rimes, deux rimes féminines seront suivies de deux rimes masculines et vice et versa.

Rimes mêlées avec Aznavour (en jaune les féminines)

 

La Bohème 

Je vous parle d'un temps

Que les moins de vingt ans

Ne peuvent pas connaître.

Montmartre en ce temps-là

Accrochait ces lilas

Jusque sous nos fenêtres

Et si l'humble garni

Qui nous servait de nid

Ne payait pas de mine,

C'est là qu'on s'est connus

Moi qui criais famine

Et toi qui posais nue

 

Refrain 1

La bohème, la bohème, ça voulait dire, on est heureux

La bohème, la bohème, nous ne mangions qu'un jour sur deux.

 

Dans les cafés voisins,

Nous étions quelques-uns

Qui attendions la gloire. 

Et bien que miséreux,

Avec le ventre creux,

Nous ne cessions d'y croire

Et quand quelque bistro

Contre un bon repas chaud

Nous prenait une toile,  

Nous récitions des vers

Groupés autour du poêle

En oubliant l'hiver

 

Refrain 2

La bohème, la bohème, ça voulait dire tu es jolie

La bohème, la bohème. Et nous avions tous du génie.

 

Souvent il m'arrivait

Devant mon chevalet

De passer des nuits blanches,

Retouchant le dessin

De la ligne d'un sein,

Du galbe d'une hanche.

Et ce n'est qu'au matin

Qu'on s'asseyait enfin

Devant un café-crème,

Épuisés, mais ravis.

Fallait-il que l'on s'aime

Et qu'on aime la vie !

 

Refrain 3

La bohème, la bohème, ça voulait dire « on a vingt ans »

La bohème, la bohème. Et nous vivions de l'air du temps

 

Quand au hasard des jours,

Je m'en vais faire un tour

À mon ancienne adresse,

Je ne reconnais plus

Ni les murs, ni les rues

Qui ont vu ma jeunesse.

En haut d'un escalier,

Je cherche l'atelier

Dont plus rien ne subsiste.

Dans son nouveau décor,

Montmartre semble triste

Et les lilas sont morts

 

Refrain 4

La bohème, la bohème, on était jeunes, on était fous.

La bohème, la bohème, ça ne veut plus rien dire du tout.

 

Remarque: Refrain 1 et Refrain 2 avec alternance de rimes M/F, puis retour en M pour derniers refrains.

 

Coup de chapeau à Patrick,

poète contemporain qui soigne ses rimes! 

un clic ici:

Voyages immobiles

http://pat.duz.over-blog.org/

L'acrostiche (1)

Publié le par Le stylo rouge

Un acrostiche, c'est quoi ça?

 

Ici, des bribes de mots forment une phrase cachée, souvent coquine:

Quand je mets à vos pieds un éternel hommage,
Voulez-vous qu'un instant je change de visage?
Vous avez capturé les sentiments d'un cœur
Que pour vous adorer forma le Créateur.
Je vous chéris, amour, et ma plume en délire
Couche sur le papier ce que je n'ose dire.
Avec soin de mes vers lisez les premiers mots :
Vous saurez quel remède apporter à mes maux.

                                              Alfred de Musset

... et la réponse de George Sand:

Cette insigne faveur que votre cœur réclame
Nuit à ma renommée et répugne à mon âme.

 

Ici, il s'agit de lire une première fois le texte normalement et de le relire ensuite
en sautant une ligne (l’italique est coquin):

Je suis très émue de vous dire que j'ai
bien compris l'autre soir que vous aviez
toujours une envie folle de me faire

danser; je garde le souvenir de votre
baiser et je voudrais bien que ce soit
là une preuve que je puisse être aimée
par vous. Je suis prête à vous montrer mon
affection toute désintéressée et sans cal-
cul, et si vous voulez me voir aussi
vous dévoiler sans artifice mon âme
toute nue, venez me faire une visite
nous causerons franchement.
Je vous prouverai que je suis la femme
sincère, capable de vous offrir l'affection
la plus profonde, comme la plus étroite
amitié; en un mot, la meilleure preuve
que vous puissiez rêver puisque votre
âme est libre. Pensez que la solitude où j'ha-
bite est bien longue, bien dure
et souvent difficile.
Accourez donc vite et venez me la
faire oublier par l'amour où je veux me
mettre.
                         
George Sand, source: Claude Gagnière

 

 

 

Sifranc a essayé:

Il s'agit ici de lire une fois normalement et ensuite uniquement les passages soulignés:

J'ai
perdu tout désir de toi
Envie d’aller chercher ailleurs

De t'aimer j’ai perdu la foi
Te sentir près de moi me glace
Faire semblant ce n’est pas meilleur
L'amour d’une autre a pris la place.

L'acrostiche posthume (2)

Publié le par Le stylo rouge

No comment...

 

Le billet non lu
Dans la nuit noire, on entendit un coup de feu provenant du garage collectif d’une maison-tour. On apprit plus tard que Monsieur *** avait décidé de quitter ce monde pas fait pour lui.
A l’enterrement, tous les copains du Stamm étaient là. Ceux de l’apéro qui l’aidaient à noyer son chagrin dans la bière savaient qu’il était cocu, le pauvre. Mais l’équipe des leveurs de coude ne trouva personne qui eût assez de tact pour aborder le sujet: quitter sa blonde!
Agacé par l’hommage chronométré du pasteur, je griffonnai sur une page blanche dérobée au Psautier romand un poème formant le prénom du défunt. Après l’oraison funèbre, je me dirigeai vers la sortie de la chapelle pour ne pas avoir à serrer la main de la veuve éplorée. Dans ma fuite, je lâchai mon billet par terre. Un gardien du cimetière me rappela qu’il fallait respecter les lieux, que des poubelles étaient installées pour les vivants! Rouge de confusion, je ramassai mon papier et l’enfouis dans la poche de mon veston. Quittant la haie des membres de la famille et des m’as-tu-vu-à-l’enterrement, je retrouvai les potes au bistrot pour reparler du disparu: «Quel con, il aurait dû nous dire, on aurait fait quelque chose pour lui!» Puis le poème réapparut à la table ronde. On put enfin boire mes vers entre nous. Tant pis pour la veuve! De toute façon, elle n’aurait pas compris que c’était un acrostiche, pas vu que ça rimait et pas senti que la plume avait été trempée dans les larmes d’un ami...

 

Rêvant d’un amour absolu
IImpossible à conjuguer
Qu’on ne vienne pas juger
Un brave homme qui a voulu
Enserrer son frêle idéal
Tellement fort qu’il s’est fait mal.

Acrostiches (3)

Publié le par Le stylo rouge

Les 50 ans du droguiste

Il y a longtemps, une connaissance m’a demandé de faire un poème pour son ami, droguiste de son état et guérisseur de renom, passionné de bateau à voile. Il allait fêter ses 50 ans quand elle m’a proposé de lui écrire son discours. Je lui ai demandé: «Comment il s’appelle?» - Pourquoi tu veux savoir? – Non, rien, c’est juste pour faire un acrostiche. - Un quoi ?

 

Marin d’eau douce et de mer 
Auscultant enfants et grand-mères 
Un quinquagénaire renommé 
Risque ce soir d’être un peu pommé 
Il se pourrait qu’le capitaine 
Cherche une brise plus favorable: 
Empêcher les excès de table
 

Buvant pour arroser le jubilé 
Le droguiste aura toujours en mémoire 
Ancienne formule de laboratoire. 
Ne dit-il pas souvent à son entourage: 
Consultez la notice d’emballage... 

Tous droits réservés Sifranc - 1998 et 1996

 

 

Je me souviens de ma sœur; tout-petits,
On se divertissait tous les samedis 
Surtout quand nos parents étaient sortis 
Il s’agissait d’faire semblant de ronfler 
Avant qu’ils ne soient de retour du ciné 
Nous avions remis de l’ordre alentour 
En se marrant sous les draps de velours
 

Questions aux blogueurs:
1. Comment s’appelle ce monsieur?
 
2. Quel est le prénom de ma soeur?

Acrostiches (4)

Publié le par Le stylo rouge

Composer un acrostiche quand la première lettre commence par un K me rebutait. Comment faire? En m'inspirant de l'histoire que m'a racontée la future mère! Lors de la visite chez le gynécologue, il s'était avéré que le bébé était mal tourné: impossible de déterminer son sexe, même avec les moyens modernes...


 

Kaléidoscope! le mot est approprié… 
lIl s’agissait plutôt d’une échographie 
Le bébé, quant à lui, il s’est bien fait prier 
Le zizi… jamais il n’a voulu dévoiler 
lIl nous fallait pourtant savoir: garçon ou fille? 
Ayant vu par la lorgnette son postérieur 
Nous nous réjouissons de voir son poster rieur…

 
                                                   Sifranc, tous droits réservés - 2002

 

Acrostiches (5)

Publié le par Sifranc le correcteur

Braquant son Reflex sur les trompes d’éléphants

L’explorateur Droz-Mader lâche l’ordinateur

Au profit de l’aventure qu’il connaît par cœur

Instruit, il sait tous les noms latins des rampants

Serpents à sonnette, mygales, araignées et tiques

Et oublie parfois le prénom des politiques…

 

 

 

Gare Terminus, il met les voiles, le beau marin

 I l aiguille son avenir sur le prochain train

Le rail va le guider sur d’autres sentiers

Le cheminot rêveur quitte le journal

En cas de retard, il dira: y a pas d’mal

Soyez contents d’être arrivés entiers!

 

 

 

Marions-nous, ô gué, ô gué

 ls l’ont tous deux décidé

Conjuguer leurs destins

Heureux dans le même bassin*

A l’autel devant Dieu

Elle pourra faire ses vœux:

Le p’tit Micha, moi je le veux!

*Bassin est son nom de famille

 

 

 

N e pouvant pas prolonger son job ainsi, hein!
O n va le laisser profiter de ses passions:
R éserver des crus classés dans sa cave à vin;
B ranler sa glotte en suivant bien les partitions
E t ne pas oublier les deux gosses, sa fierté;
R éaliser son but qu’il a tant convoité:
T oujours empoigner la vie du bon côté.

 

 

Menant une vie exemplaire à tout niveau

 Il aime aussi aller se pavaner dans l’eau

C'est alors qu’il prétend faire de l’aquagym…

Hier il m’a dit qu’ c’était avec des cacochymes

En vrai, on l’a vu en charmante compagnie:

Les belles naïades l’entourent, même s’il nie…

 

 

 

Rien n’indiquait qu’il allait nous quitter soudain;

Un cachottier, je vous dis, un vrai baladin

Tout, j’vous dirai tout sur ce maître d’échecs en friche

Zut, avec quatr’ lettres, comment faire un acrostiche?

 

 

 

 

Beatus Sanctus, dont l’auréole se reflète sur son Glatz de tête de moine,

quitte Le JdJ

 

 

En huit années, il nous a transmis sa passion pour la bonne chère:

le vol-au-vent, le cordon-bleu, le pet-de-nonne, le sot-l’y-laisse, l’eau-de-vie, la tête-de-moine, les Forêt-Noire et amuse-gueule

 

 

A chaque verrée, il a su nous épater avec ses taiaules, ses œil-de-perdrix, son totché, ses mont-d’or du Haut-Doubs et son cocktail news-rhum...

 

 

Tout ce qu’il aime a trait avec l’union. Qu’il soit remercié pour son trait de caractère. Il va nous manquer dans tous les apéros-dinatoires.

 

 

 

 

Du soir au Matin!

Frédéric Lovis le Taignon

Rêve soudain d’autres horizons

Ecornant ses ex-ennemis bernois

Désire passer chez les caïds

On devra le lire sur tabloïds

 

 

 

 

V oici venu enfin le grand moment

A ttendu depuis fort longtemps    

L’enfant qui manquait pour faire la paire

E st arrivé après quelques jours de galère   

N’est-il pas plus beau d’être grand-père

T out à la fois d’une fille et d’un garçon

lI ls pourront jouer autour de la maison

N e pensant qu’à faire les polissons

Acrostiche coquin

Publié le par Sifranc le correcteur

Attention!

Mettre le texte en surbrillance, curseur à partir du titre jusqu'à la fin du texte...
 

 

 

Ah, viens! 

Ma chatte s'endort sur le sofa

Je t’allume une cigarette

Je te mets un doigt de vodka

Et te susurre des mots tout bêtes

Un désir de tendresse t’habite

Dans la gorge j’ai comme un nœud

Je sens ton trouble et très vite

Je baise ton front et tes yeux 
  

Refrain

Ah viens ! Ah viens ! Ah viens !

Prenons notre pied-à-terre pour une île

Et laissons-nous glisser dans le confort tranquille

Oui viens ! Oui viens ! Oui viens !

Jouissons ensemble de l’instant heureux

Où l'on sent culminer le plaisir d’être deux

Tu tires un coussin sous ma tête

Tu lis mes pensées je crois

 Tout est clair dans tes yeux qui quêtent

Tu veux m’accueillir dans tes bras

Tu peux me mettre mon amour

Ce vieux tube en fond sonore

 C’est Love on the Beat de Gainsbourg

Ton culte pour Serge t'honore

Chanson paillarde des Charlots, années 80/90