Arnaques institutionnalisées

Publié le par Sifranc

Une confiance aveugle dans les institutions

Madame ne sort plus le soir. Les rues ne sont pas sûres avec les rôdeurs, selon les propos de ses contemporaines qui lui ont raconté leur mésaventure. Des loubards arrachent les sacs à main!
Prévoyante, elle s’est confiée à son banquier. Une institution suisse de grande renommée lui a conseillé de placer ses avoirs dans une compagnie américaine, Rococo & ses Frères.
Prônant la sécurité absolue, elle a rabroué les colporteurs, les marchands ambulants et les mendiants. Tous ces tire-sous et bonimenteurs de basse classe.
Rassurée au guichet cossu de sa banque, en face d’un employé bien rasé, portant complet-veston et cravate assortie, elle s’est sentie un peu plus intelligente grâce aux explications du sympathique expert.
Se méfiant des arnaques, des offres gratuites, elle a fui ces courses organisées en autocars qui vous baladent à travers la Suisse. Une halte dans un motel est proposée ainsi qu’un bon repas. Avec, à la clé, une démonstration de matelas, de couvertures chauffantes ou de batteries de cuisine.
Ses relations bancaires ayant pris une cadence mensuelle, Madame s’est lancée à corps perdu dans la finance pour mieux s’appuyer sur les trois piliers de prévoyance. Le premier n’étant pas assez solide, des actions allaient faire d’elle une rentière digne de ce nom.
Mais Rococo & ses Frères, les cols-blancs et les ronds-de-cuir ont quitté le navire. Fauchée, elle reste seule sur le pont inférieur à regarder les vagues... 
© AdT

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Patrick 04/02/2009 22:43

Comme quoi "l'habit ne fait pas le moine". Il n'y a pas plus arnaqueur que celui qui se présente cravaté et en costume trois pièces.

Sifranc 05/02/2009 00:58


eh oui, on se fait avoir comme ça...