Overblog
Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Lapalissade ou vérité de la Palice

Publié le par Sifranc le correcteur

Une évidence crasse

Jacques de Chabanne, seigneur La Palice est né vers 1470.

Le mot lapalissade vient de la ville de La Palisse, dans l'Allier (F).

L'épitaphe dédiée à La Palice (1525) «S’il n’était pas mort, il ferait encore envie» a été retranscrite par «S’il n’était pas mort, il serait encore envie» (voir photo s long)

d’où l’origine de l’expression une vérité de la Palice ou lapalissade, une affirmation d'une évidence crasse.Le pauvre maréchal de France doit se retourner dans la nef du château Jacques de La Palice où il repose.

Le s long de l'époque sujet à confusion avec le f

Le s long de l'époque sujet à confusion avec le f

- 1 -
Messieurs, vous plaît-il d'ouïr
L'air du fameux La Palisse
Il pourra vous réjouir
Pourvu qu'il vous divertisse
La Palisse eut peu de biens
Pour soutenir sa naissance
Mais il ne manqua de rien
Dès qu'il fut dans l'abondance.

- 2 -
Bien instruit dès le berceau
Jamais tant il fut honnête
Et ne mettait son chapeau
S'il ne se couvrait la tête

Il était affable et doux
De l'humeur de feu son père
Et n'entrait guère en courroux
Si ce n'est dans la colère.

- 3 -
Il buvait tous les matins
Deux doigts tirés de la tonne
Et mangeait chez ses voisins
S'il s'y trouvait en personne

Il voulait dans ses repas
Des mets exquis et fort tendres
Et faisait son Mardi Gras
Toujours la veille des Cendres.

- 4 -
Il brillait comme un soleil
Sa chevelure était blonde
Il n'y eut pas son pareil
S'il eût été seul au monde
Il eut des talents divers
Même on assure une chose
Quand il écrivait en vers
Il n'écrivait pas en prose.

- 5 -
Les valets étaient soigneux 
De le servir d'andouillettes
Et n'oubliaient pas les oeufs 
Surtout dans les omelettes

De l'inventeur du raisin
Il révérait la mémoire
Et pour bien goûter le vin
Jugeait qu'il fallait en boire.

 

- 6 -
La vérité jour et nuit
Sortait, dit-on, de sa bouche

Quand il se mettait au lit
C'est qu'il regagnait sa couche

Sortant quand il faisait beau
Il disait: Toute ma vie
Je n'ai vu tomber de l'eau
Si ce n'est les jours de pluie.

- 7 -
Il voyageait volontiers
Courant par tout le royaume
Quand il était à Poitiers
Il n'était pas à Vendôme

Il se plaisait en bateau
Et, soit en paix, soit en guerre
Il allait toujours par eau
Quand il n'allait pas par terre.

- 8 -
C'était un homme de coeur
Insatiable de gloire
Lorsqu'il était le vainqueur
Il remportait la victoire
Les places qu'il attaquait
À peine osaient se défendre
Mais jamais il ne prenait
Celles qu'il ne pouvait pas prendre.

- 9 -
Monsieur d'La Palisse est mort
Il est mort devant Pavie
Un quart d'heure avant sa mort
Il était encore en vie

Il fut par un triste sort
Blessé d'une main cruelle
On croit, puisqu'il en est mort,
Que la plaie était mortelle.

- 10 -
Regretté de ses soldats
Il mourut digne d'envie
Et le jour de son trépas
Fut le dernier de sa vie

Il mourut le vendredi
Le dernier jour de son âge
S'il fût mort le samedi
Il eût vécu davantage.

«Tu te rends compte, si on n'avait pas perdu une heure et quart, on serait là depuis une heure et quart…»

Johnny Hallyday (au Dakar)

Dictée des écoliers

Publié le par Sifranc le correcteur

3e Salon de l'AENJ, dimanche 27 novembre 2016, à la Maison du Peuple,
La Chaux-de-Fonds

 

Dictée des écoliers

Une dictée pas traumatisante

Imaginez que je vous concocte une dictée où tout le monde ferait zéro faute. On se retrouverait à l’époque de l’émission « L’École des fans». On commencerait par une comptine du genre: «Maman est en haut qui fait du gâteau, papa est en bas qui fume son tabac.» Pour ne pas choquer les bien-pensants, on devrait changer le dernier vers par «Qui fait du chocolat». Mais, ô sacrilège, on rajouterait un pied, puisque les précédents vers en comptaient cinq. Et certains êtres malintentionnés discuteraient sur l’utilité du circonflexe qui, comme la cerise sur le gâteau, lui donne l’empreinte d’une confection raffinée. L’animateur Jacques Martin distribuait la note 10 à chacun des bambins accourus sur le plateau télévisé. Ainsi, chers écolières et écoliers qui vous êtes inscrits à cette dictée, devrai-je proclamer que vous avez tous gagné? Eh oui, en respectabilité ! Mais pour donner du piment à ce texte, je terminerai par des propos spécieux, ne craignant pas le qu’en-dira-t-on. J’espère que vous n’aurez pas lâché les rênes jusqu’à la fin de cette bafouille.

Définition du mot «spécieux»:

Qui a une apparence de vérité et de justice, mais qui n’en a que l’apparence.

Exemple:  la dictée que vous êtes en train de faire...

Dictée principale

Publié le par Sifranc le correcteur

3e Salon de l'AENJ, dimanche 27 novembre 2016, à la Maison du Peuple,
La Chaux-de-Fonds

 

L’amphitryon et la cougar du réfectoire

La plupart des employés de l’usine mangent à la cantine. Ils se réjouissaient d’obtenir du patron un subside de cinq francs pour chaque repas de midi. Seule la moitié a été consentie, mais un tiens vaut mieux que deux tu l’auras ! Dès potron-minet, les ouvriers choisissent le plat du jour décliné en moult versions : pour les végétariens, les végétaliens, et le menu traditionnel. Souvent, le maître queux a les honneurs de ces demoiselles qui en pincent pour le bel hidalgo. Les mecs un brin jaloux prétendent que la carte, pourtant bien assortie, n’est que du déjà-vu.

(Fin de la dictée pour les lycéens et apprentis)

À peine une critique s’échappe-t-elle d’un convive qu’une cougar le fait taire sur-le-champ. Derechef, elle répète à tout-va que Pablo est un des meilleurs cuistots que la cambuse ait connus. Les dithyrambes lancés en boucle à la cantonade relèvent d’un psittacisme exacerbé de la pimbêche. Au fond du couloir, dans l’antre éclairé au néon, un prosélyte aux produits allégés est en train d’établir des statistiques sur le nombre de calories absorbées dans la semaine. Tel un scribe sur un palimpseste, il calcule, rédige, efface, peaufine son rapport haptique sur une tablette. Une tablette sans sucre...

Question subsidiaire:

Une blondasse ressasse un discours proche de l’amphigouri, une logorrhée qui lui sied à merveille.

Pas cabotin: Thierry Amstutz, le président AENJ heureux de présenter autre chose qu'un salon canin!

Pas cabotin: Thierry Amstutz, le président AENJ heureux de présenter autre chose qu'un salon canin!

Les réformistes divisent

Publié le par Sifranc le correcteur

Ah tout va bien!

La dictée 2016 portait sur des termes exigeant un ou des traits d’union. Ces locutions plutôt rares dans les discussions du Café du Commerce apparaissent souvent mal orthographiées dans la presse, ce qui fait bondir Sifranc le correcteur. «Un voleur a été pris sur le champ», par exemple. 
sur-le-champ, définition sur le fait, immédiatement.

Voici la liste de ces mots estropiés:

potron-minet, du déjà-vu, le qu’en dira-t-on, les bien-pensants, à tout-va. Cette dernière expression a coûté la 1re place du concours à l’érudit Daniel Fattore qui n’avait pas mis le trait d’union. Après quelques recherches, notamment sur Google, il se trouve que la graphie « à tout va » est permise, d’où ma dérision en titre de cet article ah tout va... bien ! Eh bien non, tout va mal pour celui qui concocte des dictées à longueur d’année. Il s’entoure parfois de collègues correcteurs qui le conseillent sur des termes à ne pas employer car sujets à polémique lors du corrigé. L’antre éclairé au néon (ou aux néons) a donné du fil à retordre au Père Virgule, mais ne dit-on pas éclairé au gaz et non aux gaz.

Peut-on satisfaire l’écrivain, le champion d’orthographe, le greffier, sa femme et le petit prince... Puisque c’est ainsi, je reviendrai l’année prochaine, mon engagement ayant déjà été renouvelé par le président (photo ci-contre) avec la complicité du Yorkshire qui, lui, se fout de son anglicisme...

Les autres termes portaient sur des mots à découvrir ou redécouvrir:

haptique, malintentionné, eh oui !, un tiens vaut mieux que deux tu l’auras, le maître queux ou maître-queux, derechef, les rênes, ce fameux mot écrit souvent rennes qu’une écolière de langue étrangère a su écrire à la petite dictée sans confondre avec le troupeau du Père Noël. Bravo à elle malgré ses 25 fautes!

Tâchons quand même entre gens (entregent) de belles lettres de former un noyau fort face à la déliquescence de l’orthographe entretenue par les googeliens de tous poils et restons-en aux roberts de la rousse!

REVUE DE PRESSE – L’Express

Publié le par Sifranc le correcteur

LA CHAUX-DE-FONDS Salon feutré pour les écrivains neuchâtelois et jurassiens.

Quand les auteurs se livrent

STÉPHANE DEVAUX

Pour écrire le troisième chapitre de ses salons annuels, l’Association des écrivains neuchâtelois et jurassiens, qui regroupe plus de 70 auteurs issus de l’Arc jurassien, avait choisi de déplacer l’intrigue sur les hauteurs. C’est donc à La Chaux-de-Fonds, ville natale de Blaise Cendrars, qu’ils se sont installés hier, étalant leurs publications, récentes ou moins récentes, dans l’attente de rencontres avec leur public. D’échanges vifs et passionnés avec leurs lecteurs, qui plus est avides de dédicaces originales sur la page de garde.

Au bas de la page, au moment d’inscrire le mot «fin», force est d’admettre que les rencontres eussent pu être plus nombreuses et les échanges plus animés à la Maison du peuple. Est-ce le fait de la température douce et d’un soleil séducteur? Toujours est-il que les files de lecteurs sont restées raisonnables. Euphémisme, comme le diraient si bien les jongleurs de mots et les manieurs de figures de style...

Diversité des œuvres

Bien qu’un poil déçus, la plupart des écrivains présents – ils étaient 25, romanciers, poètes, chroniqueurs ou encore essayistes – ont pris l’événement pour ce qu’il pouvait bien devenir dans ces circonstances. Un échange d’expériences... aussi entre eux!

Tous l’admettent, des plus jeunes, comme Catherine Bex, qui a publié un premier roman en 2015, ou Rachel Zufferey, auteure d’une trilogie romanesque située dans l’Ecosse de Marie Stuart, aux écrivains confirmés, comme Jean-Bernard Vuillème ou Gilbert Pingeon, écrire est un acte délicat, qui exige beaucoup de soi. Et encore faut-il trouver un éditeur qui veuille bien donner une chance aux mots de trouver leurs lecteurs. C’est d’ailleurs une des conditions sine qua non pour faire partie de l’association: avoir publié au moins un ouvrage chez un éditeur reconnu. Pour plusieurs des écrivains de la région, c’est un éditeur romand qui leur a ouvert ses portes. Président de l’association, Thierry Amstutz, deux romans à son actif, tous les deux publiés chez Slatkine, est clair sur la question: pas d’écrivains publiant à compte d’auteur chez lui. L’éditeur, c’est une sorte de gage de qualité...

Mais que faire pour qu’un livre trouve un public? La question comporte sa part de mystère. Les rencontres du type de celle d’hier permettent à tous ces auteurs de se confronter à ce genre d’interrogations. De constater aussi combien large est la diversité des œuvres. Certains se nourrissent davantage de la réalité, à l’instar d’un Gilbert Pingeon, qui ne renie pas la part de critique de la société contenue dans son œuvre. Ou un Jean-Bernard Vuillème, qui a toujours pratiqué le journalisme en parallèle, ce qui, dit-il, nourrit sa création et lui apporte une vision très large du monde.

Quant à Jean-Claude Zumwald, qui signe des polars «régionaux», il pose un cadre avant de laisser ses personnages prendre une certaine indépendance.

Reste une question: où s’écrira le quatrième chapitre des aventures des écrivains neuchâtelois et jurassiens? Parce qu’il s’écrira, c’est sûr.

 

Logorrhée de pimbêche

Écrire, c’est bien. Écrire juste, c’est encore mieux. Sans fautes d’ortograf, donc... Afin de redonner à chacun le plaisir des dictées d’antan, le salon des écrivains organise chaque année deux concours, l’un destiné aux écoliers, l’autre aux plus âgés, censés déjouer tous les pièges de la langue. Dans le rôle de Pivot ou de maître Capello, c’est Francis Choffat, un ancien correcteur toujours aussi féru de bons mots et de mots bien écrits, qui officie en pays neuchâtelois. C’est donc à lui qu’on doit l’extrait que nous vous reproduisons, juste pour que vous vous rendiez compte à quoi vous avez échappé:

«À peine une critique s’échappe-t-elle d’un convive qu’une cougar le fait taire sur-le-champ. Derechef, elle répète à tout-va que Pablo est un des meilleurs cuistots que la cambuse ait connus. Les dithyrambes lancés en boucle à la cantonade relèvent d’un psittacisme exacerbé de la pimbêche. Au fond du couloir, dans l’antre éclairé au néon, un prosélyte aux produits allégés est en train d’établir des statistiques sur le nombre de calories absorbées dans la semaine. Tel un scribe sur un palimpseste, il calcule, rédige, efface, peaufine son rapport haptique sur une tablette. Une tablette sans sucre... Une blondasse ressasse un discours proche de l’amphigouri, une logorrhée qui lui sied à merveille.»

Il s’est quand même trouvé un participant pour rendre une copie sans faute. Et un autre pour considérer «dithyrambe» comme nom féminin et affubler «pimbêche» d’un accent grave. Et qui, hier soir, a surtout cherché le sens de quelques-uns de ces mots. Parce qu’écrire juste, c’est bien. Mais écrire pour être bien compris, c’est encore mieux... Sûr que les auteurs ne diraient pas autre chose.

Les belles perles

Publié le par Le stylo rouge

Une première qui en appellera beaucoup d’autres

 

Quand les parents excusent leur enfant auprès du maître:
Messieurs, 
Je n’est pas comprit que Gérard aille un zéro en composition 
d’orthographe alor qu’ici il a pas de fotes dans les dictés 
qu’ont lui fé fer a la maison. 
Veullé revoir sa copie. Remerciement.»


La salle aurait dû être archicomble, elle l’était, certes, mais de vide.
A la suite d’un moment d’inattention, deux voitures sont entrées en collision.
C’est au Mont-de-Serre que naquit Gaston D***, en même temps que son jumeau.
Les pavillons comportent un rez-de-chaussée au niveau du sol.
Pour un essai, ce fut assurément un succès sans précédent.
Une répétition qui laisse particulièrement bien inaugurer du spectacle final.
(augurer)
Au cirque.- L’après-midi, les enfants ont applaudi aux élucubrations des chameaux, lamas, poneys et singes.
Un rapide historique sur l’archéologie d’hier et d’aujourd’hui fut présenté par l’orateur.
D’après les témoins qui ont assisté à l’accident...
Quarante pour cent des décès sont à l’origine des maladies cardiaques. (sont la cause)
Les grévistes ont distribué des tracts expliquant les tenants et les aboutissements de leur action. (aboutissants)
Après bien des périphéries, Maria retrouva Blaise. (péripéties)
Volubile, prolifique, l’accusé s’est expliqué sans le moindre embarras. (prolixe)
Cet événement a démontré à quel point les villageois sont solidaires les uns des autres.
Mlle C***, qui habitait à côté, fut réveillée dans son sommeil. 

Les belles perles

Bienvenue

Publié le par Sifranc le correcteur

La femme du cordonnier fait les lits... et nous on lit!                                                     photo dr

La femme du cordonnier fait les lits... et nous on lit! photo dr

Les catégories de ce blog

Lien direct sur les dictionnaires

Le vade-mecum (intégral)

Vade-mecum A-E
 

Vade-mecum F-M

 

Vade-mecum N-S + Syntaxe

 

 

Vade-mecum T-Y + Traits d'union

 

 

Abréviations

 

Les verbes pronominaux


Maux d’oreilles et mots faux


Difficultés répertoriées


Expressions


Les genres douteux


Le subjonctif imparfait


Toponymes et métropoles


Traduction des localités et des partis politiques


Pays et villes


Avant que / Après que


Redites du verbe dire


Sports 

 

Puis les catégories (à droite)
à cliquer dans le sommaire

Langue fourchue

Le bêtisier

Les expressions

La pensée du jour

Les bons conseils de Sifranc

Divertissement + Dingbats

Des délices raffinées

Les gens d'ici

Acrostiches

Art de vivre

Gastronomie épicurienne

Souvenir de classe...

La loi de Murphy

--------------------------------------------------------

© Le Carnet de maladresses extraits
à demander au: service_correction@bluewin.ch

 

© L'Air du temps extraits
à demander au: service_correction@bluewin.ch

 

Bonne lecture!

Mes Carnets de maladresses

Publié le par Sifranc le correcteur

Collection

Collection

Mme Alice Jacot-Descombes

Mme Alice Jacot-Descombes

Tapez le titre dans Recherche Bibliothèque populaire et universitaire de Neuchâtel

© Carnet de maladresses (1986-2006)

Les écrits de Sifranc le correcteur ne manquent pas de chutes. Souvent, elles ont amusé la galerie par des dérisions ou des jeux de mots; en voici quelques-unes.On appelle chute la fin inattendue et particulièrement expressive d'une phrase ou d'un vers. En littérature, le mot désigne l’effet de surprise ménagé par l'auteur à la fin d’un texte, qui éclaire son sens, peut conduire à le réinterpréter. La tonalité recherchée peut être pathétique, lyrique, humoristique ou ironique.

 

La main occulte

Dès la naissance, nous portons les stigmates de notre destin dans la paume de la main. Les lignes y sont tracées profondément sur lesquelles certaines personnes plus ou moins bien intentionnées arrivent à lire l’avenir. Pour les initiés, leur main est devenue le miroir de leur âme.

La main gauche contient paraît-il davantage d’informations que la droite. Dans le creux, on y trouve la ligne de vie, celle du cœur et de la chance, sept en tout. Connue depuis la nuit des temps, cette science appelée chiromancie a dû frustrer plus d’un adepte et la notion d’avenir n’est sûrement plus la même aujourd’hui. Récemment, j’ai appris qu’un médium allemand, aveugle de surcroît, prédisait le futur de ses clients en leur palpant les fesses. Selon ce spécialiste, elles seraient plus révélatrices que les mains. Bof! depuis longtemps, je sais que mon avenir est derrière… mais je ne sais pas si je me laisserais mettre la main occulte!

© Extraits de Mes Carnets de maladresses

 

Une particule à la culture

Le milieu de la culture est bouleversant. Sorti de son antre sélect et pédant, voilà qu’il se montre érotique en s’introduisant dans les chambres à coucher. Ce qu’on appelait autrefois de la littérature sous le manteau est devenu aujourd’hui le thème même des expositions dites culturelles. Après «X-spéculations sur l’imaginaire et l’interdit», lancé par le Musée d’ethnographie de Neuchâtel, le Centre Dürrenmatt a réuni un aréopage de 200 personnes autour de Catherine Millet pour disséquer son dernier outrage, pardon ouvrage: «La vie sexuelle de Catherine M.»

Directrice d’Art Press, revue littéraire dont le siège est à Paris, l’auteure raconte sa vie sexuelle sans détour. Bien introduite dans le milieu, il lui a suffi de parler X sous l’égide de la culture. Selon des critiques littéraires, son succès tient davantage à sa notoriété qu’à son style d’écriture.

Parti de rien dans sa vie d’écrivain, Frédéric Dard savait au moins emballer la marchandise avant de la déballer. Au début, l’intelligentsia boudait ses bouquins en les considérant comme romans de seconde classe. Maintenant, à force de prôner le coït chic, les intellos vont provoquer la débandade... 

© Extraits de Mes Carnets de maladresses

 

Passation de pouvoirs

En venant au monde en 1975, Victoria Addams est tombée dans un berceau de luxe après avoir lancé son premier cri épicé... La petite s’est regardée grandir dans un miroir en rêvant de devenir une star. Ce qui fut fait après avoir répondu à une annonce recrutant des jeunes filles pour former un groupe. Ainsi naissaient les «Spice Girls» (trad.: «filles épicées»). Ne restait plus qu’à Victoria d’apprendre à chanter juste...  

                                            * * *  

À l’Euro 2004, un supporter de football récupère un ballon perdu qu’un joueur maladroit a propulsé dans la foule. Après avoir dissimulé sous sa chemise l’objet du délit, le spectateur le met aux enchères et touche 28 000 euros. Ridiculiser ainsi un pauvre footballeur qui rate un tir au but devant des millions de personnes et d’hooligans déçus, quelle humiliation! C’est là que resurgit Victoria – devenue Mme Beckham – en criant au monde entier: «C’est moi qui ai le ballon!» En effet, elle attend son troisième enfant, conçu avec celui qui tire parfois à côté! Le bébé de 3,2 kg est tombé dimanche 20 février 2005 à 10h40 dans un berceau de luxe après avoir lancé son premier cri et pissé... 

© Extraits de Mes Carnets de maladresses

Les dictées, édition 2015

Publié le par Sifranc le correcteur

Dictée publique

Texte concocté par le correcteur Francis Choffat pour la dictée publique, sous l’égide de l’Association des écrivains neuchâtelois et jurassiens (aenj) – Salle polyvalente d’Auvernier, dimanche 29 novembre 2015.

 

De bons crus élevés sur des coteaux ensoleillés

Bien qu’une ballade formée d’alexandrins eût été plus joyeuse qu’une dictée rébarbative, l’auteur de ces lignes a tenu à louer le travail des artisans de la terre qui se sont succédé au fil des ans au chevet de leurs sarments. Eh bien, on va se laisser charmer par une balade féerique sur les rives du lac de Neuchâtel. À une encablure d’un charmant vignoble, l’autoroute surchargée fera peut-être oublier à l’automobiliste pressé de s’arrêter. Dommage, il aurait pu goûter au fin nectar dont la littérature d’antan nous a narré les mystères dionysiaques célébrés ensuite par son acolyte Bacchus. De joyeuses bacchanales, libations de nos jours surveillées de près par la maréchaussée. Les danses lascives et le vin avaient des vertus aphrodisiaques appelées philtres d’amour à ne pas confondre avec le vin non filtré que les viticulteurs ont remis au goût du jour.

(Fin de la dictée pour les lycéens et apprentis)

Quoi qu’il en soit, il est de bon augure de vanter ces délices préparées par des vignerons qui se sont laissé emporter par leur passion, soit de chérir la vigne portée au pinacle par leur inextinguible savoir-faire. La peine qu’ils se sont donnée pour cultiver leur vin sous l’auspice de la Station viticole a été couronnée par des médailles d’or qu’ils se sont arrachées dans des concours œnologiques. C’est sans ambages que l’on peut dire que la région rebaptisée Milvignes a droit aux honneurs que les pisse-froid ont parfois occultés. Sans allumer des feux d’artifice en ce jour dicté par une rencontre discrète de fines plumes – les bas-bleus ayant décliné l’invitation –, je vous prierai de remercier par acclamation les Perchettes qui nous ont ouvert l’huis de la salle polyvalente d’Auvernier.

 

--------------------------------------------------------------------------

Question subsidiaire: test supplémentaire pour les ex æquo éventuels.

Cette auberge est un repaire de poivrots qui perdent parfois leurs repères pour rentrer à la maison.

Félicitations au Fribourgeois Daniel Fattore qui a réalisé le zéro faute! (photo Fabien Nissels - ldd)

Félicitations au Fribourgeois Daniel Fattore qui a réalisé le zéro faute! (photo Fabien Nissels - ldd)

Dictée des écoliers

La Motte et la carotte

Les carottes que nous avons mangées proviennent du marché de Neuchâtel. Chaque samedi, la foule envahit la place éponyme rendue célèbre par la Maison des Halles. Les touristes ne cessent de photographier ce joyau architectural du XVIe siècle. Sur les étals, on ne trouve que des produits frais, cultivés par des maraîchers passionnés par le travail de la terre. Là, pas d’agrumes défraîchis ou de carottes calibrées dans un souci commercial d’uniformité. Ce calibrage, exigé par le lobby de l’alimentation de masse, provoque l’opprobre justifié des cultivateurs bio. Mais pas de quoi exhumer l’écrivain Antoine* Houdar (ou Houdart) de La Motte qui avait déclaré : «L’ennui naquit un jour de l’uniformité.»

*Antoine Houdar (ou Houdart) de La Motte, écrivain et dramaturge français, naquit le 17 janvier 1672 à Paris où il mourut le 26 décembre 1731.

1. Déclamation; 2. Attention soutenue; 3. Proclamation; 4. Dénonciation de la réforme de 1990 (photos de Fabien Nissels - ldd)1. Déclamation; 2. Attention soutenue; 3. Proclamation; 4. Dénonciation de la réforme de 1990 (photos de Fabien Nissels - ldd)1. Déclamation; 2. Attention soutenue; 3. Proclamation; 4. Dénonciation de la réforme de 1990 (photos de Fabien Nissels - ldd)
1. Déclamation; 2. Attention soutenue; 3. Proclamation; 4. Dénonciation de la réforme de 1990 (photos de Fabien Nissels - ldd)1. Déclamation; 2. Attention soutenue; 3. Proclamation; 4. Dénonciation de la réforme de 1990 (photos de Fabien Nissels - ldd)

1. Déclamation; 2. Attention soutenue; 3. Proclamation; 4. Dénonciation de la réforme de 1990 (photos de Fabien Nissels - ldd)

Le Top 10 des citations

Publié le par Sifranc

C’est quand on devient presbyte qu’on voit pubien.

Qui a un parachute doré se prépare à un atterrissage de fortune.

Qui a goûté à un chaud lapin peut connaître l’amour du râble.

Un discours de dame pipi donne souvent un récit pissé.

Les mots rendent les cris vains.

Pas de chauves à Ajaccio, mais à Calvi si !

Mieux vaut une allumette intelligente qu’un sot briquet.

Une personne qui n’assume pas le fait d’aimer les deux sexes est un bi qui nie.

Une femme qui se dérobe ne se déshabille pas forcément.

Le lion et la lionne sont félins pour l’autre.

Les politiciens, c'est comme les couches des bébés; il faut les changer régulièrement.

Mieux vaut rater un baiser que baiser un raté.
Bière qui coule ramasse la mousse.
Chassez le naturiste, il revient au bungalow
Si tu es dans la merde jusqu'au cou, ne baisse surtout pas la tête!
Qui pisse loin ménage ses chaussures.
La parole est d'argent, le silence endort.
Qui vole un bœuf est vachement musclé.
Tousse pour un, rhume pour tous.
Les abeilles communiquent par e-miel...
Dans chaque église, il y a des cloches.
Mieux vaut être incompris que pris pour un con.
Un accusé est cuit quand son avocat n'est pas cru.
Celui qui se couche avec le cul qui gratte se lève avec le doigt qui pue.

A midi, mieux vaut se taper une escalope avec une salade
qu'une escapade avec une salope.

Qui ne dit mot consent, c'est bien connu...
mais quand on a mauvaise haleine, c'est quand on dit mot qu'on sent.

Au secours!

Publié le par Sifranc le correcteur

Les mots en voie de disparition

source:Jean d'Ormesson/extraits et adaptation de Sifranc

 

XXe siècle                  XXIe siècle

 

Inculpation          mise en examen

 

Instituteur            maître d’école

 

Maîtresse        professeure d’école. Les maris infidèles n'ont plus de maîtresse mais une «amie». Les épouses qui vont à gauche conservent le mot «amant», plus romantique

 

Mourant             personne en «phase terminale». Ne dites pas à votre fils qu'il est en terminale mais qu'il va passer son bac. Pour désigner un homme mort, doit-on parler d'un individu «en phase terminée»?

 

Pauvre                un défavorisé, un exclu, (un «sans-dents» selon F.H.)

 

Race                   d'appartenance ethnique

 

Servante          anciennement : la bonne. Actuellement : employée de maison. Quand elle s'occupe de vieux pardon de personnes âgées elle devient «auxiliaire de vie»

 

Séquestré           retenu contre son gré

 

Vandales            jeunes en colère

 

Vandalisme        incivilités

 

Vol                      enrichissement personnel

 

Voyous               individus connus des services de police

 

Les genres douteux

Publié le par Sifranc le correcteur

La fameuse trilogie

Amours, délices et orgues

masculin au singulier: un amour débridé, un délice apprécié, un vieil orgue

féminin au pluriel: des amours débridées, des délices appréciées, de vieilles orgues

à lire par un après-midi pluvieux (conseillé) 

Féminin

Masculin

 

Une acné 
Une acropole 
Des affres
Une alcôve
Une alvéole (le masculin est obsolète)

Des ambages
Une apostrophe 
Une apothéose
Une anagramme
Une apocalypse
Une algèbre 

Des alluvions  
Une drachme (anc. monnaie grecque)
Une échappatoire
Une écritoire
Une écumoire

Une argile
Une épigramme
Une épître
Une équivoque

Une équerre 
Des glaires (rebutantes!)
Une oasis
Une octave
Une oriflamme 

Des immondices
Une isotherme  
Une interview
Des mœurs légères
Une peluche

Une séquelle
Des stalactites
Des stalagmites
Une télécabine 
La solde (salaire du soldat)
Les ténèbres
Une opinion

 

Des agrumes
Un antre
Un aparté 
Un appendice
Un aphte
Un apogée
Un armistice
Des arcanes
Un amiante 
Un antidote 
Un armistice 
Un asphalte 
Un astérisque 
Un attique 
Un déboire
Un en-tête
Un exergue
Un extrême 
Un hémisphère
Un faste (Les fastes se sont déroulés au palais)
Un granule 
Un haltère
Un éloge
Un entracte
Un interligne
Un obélisque
Un ivoire 
Un interstice
Un intervalle
Un leitmotiv, (au pluriel, des leitmotive)
Un opprobre
Des soldes sensationnels (commerce)
Un planisphère
Un ovule 
Un tentacule
Un testicule
Un trille 
Un tubercule
Un viscère

 

Exemples utiles

Mon acné est soignée par un dermatologue.

L’asphalte était encore mouillé quand je suis rentré.

Des agrumes pourris.

Mon équerre est cassée.

L'amiante est dangereux

 

Un moyen mnémotechnique pour se souvenir du genre des mots asphalte et anthracite:

asphalte, c'est du goudron – anthracite, c'est du charbon. Tous les deux sont masculins (confusion fréquente)

Lu dans la presse dite culturelle:
Attention, l’opprobre peut être jetée sur vous en toute occasion et en tout lieu.
Opprobre est du genre masculin, donc jeté.

 

Une anagramme répandue:

le chanteur Pascal Obispo a pris les lettres appartenant à Pablo Picasso.

Une anagramme est un renversement de lettres. L'inversion permute les lettres d'un mot pour en extraire un sens ou un mot nouveau. Ne pas oublier que anagramme est du genre féminin.

NB.- Savez-vous que vous pouvez contracter de l'urticaire inattendue. Eh oui, une urticaire!

Masculin ou féminin, telle est la question (photo dr)

Masculin ou féminin, telle est la question (photo dr)

Suite des genres et les mixtes!

Publié le par Sifranc le correcteur

 Féminin Masculin
 Une échappatoire Un planisphère
 Une omoplate Un effluve, des effluves printaniers
 Une éphéméride Un intervalle
 Une tique Un équinoxe
 Une ébène Un tentacule
 Une orque Un augure
 Une mandibule Un abysse
 Une amanite Un dahlia et un edelweiss
 Voir les mixtes ci-dessous Voir les mixtes ci-dessous

Les mixtes
oasis (nouveau!)
alvéole
enzyme
météorite

Quand la presse débloque

Publié le par Le stylo rouge

La Liberté, Fribourg

La Liberté, Fribourg

 

Très gravement brûlée, elle s'est éteinte pendant son transport à l'hôpital.                                                                 (Dauphiné Actualité) 
 

Des trous dans sa culotte laissaient entrevoir une famille pauvre.
                                                                                 (Le Parisien) 

 

La conférence sur la constipation sera suivie d'un pot amical.
                                                                    (Ouest-France) 

 

Il abusait de la puissance de son sexe pour frapper son ex-épouse.
                                                                    (La République du Centre) 

 

Ses hémorroïdes l'empêchaient de fermer l'œil.              (Charente Libre) 
 

Il y aura un appareil de réanimation dernier cri.           (Le Courrier picard) 
 

En raison de la chaleur, les musiciens ne porteront que la casquette de l'uniforme.                                                    (Dernières Nouvelles d’Alsace) 
 

L'individu n'était pas à prendre avec du pain sec.                (Nice Matin) 
 

Monsieur Jean C. remercie chaleureusement les personnes qui ont pris part au décès de son épouse.                                  (La Voix du Nord) 
 

Ses dernières paroles furent un silence farouche.     (L’Est Républicain) 
 

L'église étant en travaux, ses obsèques ont été célébrées à la salle des fêtes.                                                                                                                                        (Midi Libre) 
 

Comme il s'agissait d'un sourd, la police dut pour l'interroger avoir recours à l'alphabet braille.                             (Le Parisien) 
 

Ayant débuté comme simple fossoyeur, il a, depuis, fait son trou.                                                                              (Nord Éclair) 
 

Détail navrant, cette personne avait déjà été victime l'an dernier d'un accident mortel.                                                                       (L'Alsace) 
 

Quand vous doublez un cycliste, laissez lui toujours la place de tomber.                                                       (Le Républicain Lorrain) 
 

Les mosquées sont très nombreuses car les musulmans sont très chrétiens.                                                                                                                           (Le Dauphiné) 
 

A aucun moment le Christ n'a baissé les bras.   (Le Paroissien de Lamballe) 
 

Il remue la queue en cadence comme un soldat à la parade.                                                                                                (L’Aisne Nouvelle) 

 

Visiblement, la victime a été étranglée à coups de couteau. 
                                                                              (Journal du Dimanche) 

 

Tombola de la Société Bayonnaise des Amis des Oiseaux:
le numéro 5963 gagne un fusil de chasse.                        (Sud Ouest) 

 

Le syndicat des inséminateurs fait appel à la vigueur de ses membres.                                                 (Ouest France) 
 

Les kinés se sont massés contre les grilles de la préfecture. 

                                                                                                          (Presse Océan) 
 

A Montaigu, la fête du 1er mai aura lieu le 1er mai.       (Le Rouge Choletais) 
 

Journée du sang : s'inscrire à la boucherie.                 (Var Matin) 
 

C'est la foire des veaux et des porcs : venez nombreux! 

                                                                                  (La Vie Corrézienne) 
 

Le rapport de la gendarmerie révèle que Alain P. se serait suicidé lui-même.                                                                                                                                     (Nord Eclair) 
 

Quand Honoré Gall s'est-il suicidé ? S'est-il donné la mort avant de se jeter à l'eau?                                   (Le Progrès) 
 

Un trou de balle a été relevé à la base du dos.        (Le Provençal) 
 

Horriblement mutilée, la voiture succombe quelques minutes après l’accident.                                                                (Paris-Jour) 
 

Son cadavre a été ramené sur la plage où il a récupéré rapidement.                                                                                          (Libération) 
 

Cette morgue se situe à gauche de l’église, dans l’ancien cimetière, d’où l’on a une vue magnifique sur la localité.                                                                                                         (Le Républicain Lorrain) 
 

La situation ne pouvait plus désormais s’améliorer que dans le sens d’une amélioration.                                                     (Ouest-France) 
 

D’autres professions bénéficient d’abattements particuliers: les dames qui font des pipes à Saint-Claude ont obtenu 0%.
(Le Figaro Magazine) 

 

Richard Virenque: J’aime me défoncer sur un vélo.               (Télé 7 jours) 
 

Un défilé aura lieu le 1er novembre. Rassemblement à 10h45 à l’Hôtel des Postes pour se rendre au cimetière. Le rire sera de rigueur.                                                                  (Le Progrès) 
 

Un type qui tue sa femme n’est pas vraiment un assassin.  

                                                                                                                                        (Nouvel Observateur) 


Mise au point (...) aux Etats-Unis d’une méthode qui permet de déterminer avec 100% d’exactitude le sexe d’un bébé dès le dixième mois de grossesse.                                                                       (Midi Libre) 
 

André Leriche, 51 ans, comparaît pour attentat aux moeurs commis sur la personne de ses deux filles, et pour divers outrages publics à la pudeur. Leriche aurait notamment uriné dans la cheminée, éteignant le feu.         (L’Echo Républicain) 
 

Deux conducteurs étaient interpellés par les gendarmes en état d'ivresse. 

 

... on doit dire synagogues dans ce cas!                                                                               

 

Journal satirique http://www.distinction.ch/ 

Le massacre de l'orthographe!

Publié le par Sifranc le correcteur

Lisez vos pancartes avant de sortir! (Captures d'écran TV)
Lisez vos pancartes avant de sortir! (Captures d'écran TV)
Lisez vos pancartes avant de sortir! (Captures d'écran TV)

Lisez vos pancartes avant de sortir! (Captures d'écran TV)

Déclarations publiques

à l'écrit:

C'est de la roupille de sansonnet vs C'est de la roupie de sansonnet

Le bouquet missaire vs Le bouc émissaire

Des élèves frais et moulus vs Des élèves frais émoulus

L’épée de dame Oklès vs L’épée de Damoclès

à l'oral:

C’est l’omerta à cet étage! Réponse: «Je ne connais pas cette dame!»

Vous aviez un mobile? Réponse: Un simple Nokia, monsieur le juge!

Signe d'enlèvement...

Publié le par Sifranc le correcteur

Comment se nomme ce signe typographique et à quoi sert-il? Votre réponse dans la rubrique Commentaires

Comment se nomme ce signe typographique et à quoi sert-il? Votre réponse dans la rubrique Commentaires

Tous les signes de correction à télécharger dans le lien ci-dessous (Guide), avec notamment le deleatur qui signifie en latin «qu’il soit détruit», utilisé par les correcteurs pour suggérer la suppression d'une faute.

Guide du typographe

Dicos électroniques + Utilitaires

Publié le par Sifranc le correcteur

Expressions à la carte

Publié le par Sifranc le correcteur

traincache1                                                                                                        

http://www.les-expressions.com/

Amusante, la langue française!

Les termes empruntés au monde animal sont partout. 
Que vous soyez fier comme un coq, fort comme un bœuf, têtu comme une mule, malin comme un singe, chaud lapin ou fine mouche, vous êtes tous, un jour ou l'autre, devenu chèvre pour une caille aux yeux de biche.
Vous arrivez frais comme un gardon à votre premier rendez-vous et là, pas un chat! 
Vous faites le pied de grue, vous demandant si cette bécasse vous a réellement posé un lapin. Le type qui vous a obtenu ce rancard, avec lequel vous êtes copain comme cochon, vous l'a certifié: «Cette poule a du chien, une vraie panthère!» C'est sûr, vous serez un crapaud mort d'amour. Mais tout de même, elle vous traite comme un chien. Vous êtes prêt à gueuler comme un putois, mais non, elle arrive.
Bon, dix minutes de retard, il n'y a pas de quoi casser trois pattes à un canard. Sauf que la fameuse souris, avec sa crinière de lion, est en fait plate comme une limande, myope comme une taupe, elle souffle comme un phoque et rit comme une baleine.
Vous restez muet comme une carpe. Elle essaie bien de vous tirer les vers du nez, mais vous sautez du coq à l'âne et finissez par noyer le poisson. Vous avez le bourdon, envie de verser des larmes de crocodile. Vous finissez par vous inventer une fièvre de cheval qui vous permet de filer comme un lièvre. Vous avez beau être doux comme un agneau, il ne faut tout de même pas vous prendre pour un pigeon!

Curiosités de la langue française! 
- On remercie un employé quand on n'est pas content de ses services. 
- On passe des nuits blanches quand on a des idées noires. 
- Pourquoi dit-on d'un pauvre malheureux ruiné qu'il est dans de beaux draps?
- Pourquoi, lorsque vous dites à quelqu'un: «Je ne partage pas votre avis!», il peut répondre «Les avis sont partagés»? 
- Pourquoi un bruit transpire-t-il avant d'avoir couru? 
- Quand un homme se meurt, on dit qu'il s'éteint. Quand il est mort, on l'appelle «feu». 
- Pourquoi lave-t-on une injure et essuie-t-on un affront? 
- Pourquoi parle-t-on des quatre coins de la terre, puisque la terre est ronde?  
- Comment distinguer le locataire du propriétaire lorsque ces deux personnes vous disent à la fois : «Je viens de louer un appartement»? 
 - Comment peut-on faire pour dormir sur les deux oreilles? 
 - Pourquoi appelle-t-on coup de grâce le coup qui tue? 
 - Pourquoi lorsque l'on veut avoir de l'argent devant soi, faut-il en mettre de côté? 
 - Le pot a des oreilles et nous disons: «Sourd comme un pot.» 

 - Pourquoi dit-on: «embarras de voitures» quand il y a trop de voitures, et «embarras d'argent» quand il n'y a pas assez d'argent? 

1 2 3 4 5 6 7 8 9 > >>