Overblog
Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Quand la presse débloque

Publié le par Le stylo rouge

La Liberté, Fribourg

La Liberté, Fribourg

 

Très gravement brûlée, elle s'est éteinte pendant son transport à l'hôpital.                                                                 (Dauphiné Actualité) 
 

Des trous dans sa culotte laissaient entrevoir une famille pauvre.
                                                                                 (Le Parisien) 

 

La conférence sur la constipation sera suivie d'un pot amical.
                                                                    (Ouest-France) 

 

Il abusait de la puissance de son sexe pour frapper son ex-épouse.
                                                                    (La République du Centre) 

 

Ses hémorroïdes l'empêchaient de fermer l'œil.              (Charente Libre) 
 

Il y aura un appareil de réanimation dernier cri.           (Le Courrier picard) 
 

En raison de la chaleur, les musiciens ne porteront que la casquette de l'uniforme.                                                    (Dernières Nouvelles d’Alsace) 
 

L'individu n'était pas à prendre avec du pain sec.                (Nice Matin) 
 

Monsieur Jean C. remercie chaleureusement les personnes qui ont pris part au décès de son épouse.                                  (La Voix du Nord) 
 

Ses dernières paroles furent un silence farouche.     (L’Est Républicain) 
 

L'église étant en travaux, ses obsèques ont été célébrées à la salle des fêtes.                                                                                                                                        (Midi Libre) 
 

Comme il s'agissait d'un sourd, la police dut pour l'interroger avoir recours à l'alphabet braille.                             (Le Parisien) 
 

Ayant débuté comme simple fossoyeur, il a, depuis, fait son trou.                                                                              (Nord Éclair) 
 

Détail navrant, cette personne avait déjà été victime l'an dernier d'un accident mortel.                                                                       (L'Alsace) 
 

Quand vous doublez un cycliste, laissez lui toujours la place de tomber.                                                       (Le Républicain Lorrain) 
 

Les mosquées sont très nombreuses car les musulmans sont très chrétiens.                                                                                                                           (Le Dauphiné) 
 

A aucun moment le Christ n'a baissé les bras.   (Le Paroissien de Lamballe) 
 

Il remue la queue en cadence comme un soldat à la parade.                                                                                                (L’Aisne Nouvelle) 

 

Visiblement, la victime a été étranglée à coups de couteau. 
                                                                              (Journal du Dimanche) 

 

Tombola de la Société Bayonnaise des Amis des Oiseaux:
le numéro 5963 gagne un fusil de chasse.                        (Sud Ouest) 

 

Le syndicat des inséminateurs fait appel à la vigueur de ses membres.                                                 (Ouest France) 
 

Les kinés se sont massés contre les grilles de la préfecture. 

                                                                                                          (Presse Océan) 
 

A Montaigu, la fête du 1er mai aura lieu le 1er mai.       (Le Rouge Choletais) 
 

Journée du sang : s'inscrire à la boucherie.                 (Var Matin) 
 

C'est la foire des veaux et des porcs : venez nombreux! 

                                                                                  (La Vie Corrézienne) 
 

Le rapport de la gendarmerie révèle que Alain P. se serait suicidé lui-même.                                                                                                                                     (Nord Eclair) 
 

Quand Honoré Gall s'est-il suicidé ? S'est-il donné la mort avant de se jeter à l'eau?                                   (Le Progrès) 
 

Un trou de balle a été relevé à la base du dos.        (Le Provençal) 
 

Horriblement mutilée, la voiture succombe quelques minutes après l’accident.                                                                (Paris-Jour) 
 

Son cadavre a été ramené sur la plage où il a récupéré rapidement.                                                                                          (Libération) 
 

Cette morgue se situe à gauche de l’église, dans l’ancien cimetière, d’où l’on a une vue magnifique sur la localité.                                                                                                         (Le Républicain Lorrain) 
 

La situation ne pouvait plus désormais s’améliorer que dans le sens d’une amélioration.                                                     (Ouest-France) 
 

D’autres professions bénéficient d’abattements particuliers: les dames qui font des pipes à Saint-Claude ont obtenu 0%.
(Le Figaro Magazine) 

 

Richard Virenque: J’aime me défoncer sur un vélo.               (Télé 7 jours) 
 

Un défilé aura lieu le 1er novembre. Rassemblement à 10h45 à l’Hôtel des Postes pour se rendre au cimetière. Le rire sera de rigueur.                                                                  (Le Progrès) 
 

Un type qui tue sa femme n’est pas vraiment un assassin.  

                                                                                                                                        (Nouvel Observateur) 


Mise au point (...) aux Etats-Unis d’une méthode qui permet de déterminer avec 100% d’exactitude le sexe d’un bébé dès le dixième mois de grossesse.                                                                       (Midi Libre) 
 

André Leriche, 51 ans, comparaît pour attentat aux moeurs commis sur la personne de ses deux filles, et pour divers outrages publics à la pudeur. Leriche aurait notamment uriné dans la cheminée, éteignant le feu.         (L’Echo Républicain) 
 

Deux conducteurs étaient interpellés par les gendarmes en état d'ivresse. 

 

... on doit dire synagogues dans ce cas!                                                                               

 

Journal satirique http://www.distinction.ch/ 

Le massacre de l'orthographe!

Publié le par Sifranc le correcteur

Lisez vos pancartes avant de sortir! (Captures d'écran TV)
Lisez vos pancartes avant de sortir! (Captures d'écran TV)
Lisez vos pancartes avant de sortir! (Captures d'écran TV)

Lisez vos pancartes avant de sortir! (Captures d'écran TV)

Déclarations publiques

à l'écrit:

C'est de la roupille de sansonnet vs C'est de la roupie de sansonnet

Le bouquet missaire vs Le bouc émissaire

Des élèves frais et moulus vs Des élèves frais émoulus

L’épée de dame Oklès vs L’épée de Damoclès

à l'oral:

C’est l’omerta à cet étage! Réponse: «Je ne connais pas cette dame!»

Vous aviez un mobile? Réponse: Un simple Nokia, monsieur le juge!

Les travailleurs de l'ombre

Publié le par Sifranc le correcteur

 

La mort du correcteur 
 

L'histoire est à peine croyable et, pourtant, elle est authentique. Cette histoire, c'est celle de George Turklebaum, 51 ans, employé dans une société d'édition new-yorkaise comme correcteur depuis 30 ans. Que lui est-il donc arrivé? Il est tout simplement resté assis devant son ordinateur... mort d'une crise cardiaque pendant cinq jours, sans qu'aucun de ses vingt-trois voisins de bureau s'en aperçoive. C'est finalement une femme de ménage qui a découvert le drame, surprise de voir Turklebaum travailler un samedi matin. Son chef n’a trouvé qu'une explication: George était toujours le premier arrivé et le dernier parti, en permanence absorbé par sa tâche et d'un naturel solitaire. Il est donc logique que personne n'ait trouvé anormal de le voir silencieux et dans la même position pendant tout ce temps... Ironie du sort, George était en train de corriger les épreuves d'un livre médical lorsque son cœur a lâché.

 

Moralité (mort alité)
Ne travaillez pas trop dur. Personne ne s'en aperçoit de toute façon! 

 

Un métier invisible

 

http://www.morethanwords.fr/2011/07/la-correction%C2%A0-une-activite-indissociable-de-toute-forme-d-ecriture/

 

 

Vos commentaires

Certains ont déjà fortement anticipé ta "moralité" ....

Amitiés
Commentaire n° 1 posté par: BRISOUX Michel(site web) le 04/11/2005 - 12:23:07
ah bon?
réponse de: Le stylo rouge (site web) le 27/06/2006 - 10:24:14

Moralités:
1 Mort alité n'est pas la règle

2 Qui se soucie des correcteurs et des corrections

3 Une magnifique pensée de Désaugiers :" Quand on est mort, c'est pour longtemps"

Bien amicalement

Vincent
Commentaire n° 2 posté par: Vincent Massard(site web) le 04/11/2005 - 14:52:14
Vincent, tu es un érudit
réponse de: Le stylo rouge (site web) le 27/06/2006 - 10:23:30

étrange histoire... woaw...
c'est vraiment étonnant!
bizz
arti
Commentaire n° 3 posté par: Arti(site web) le 05/11/2005 - 16:27:51
c'est insolite, j'adore ça
réponse de: Le stylo rouge (site web) le 27/06/2006 - 10:20:31

L'histoire de cet homme ne m'étonne nullement .....
Merci d'être passé...bon dimanche !
Commentaire n° 4 posté par: SIMONE(site web) le 06/11/2005 - 08:01:59
Simone, t'es bien sympa
réponse de: Le stylo rouge (site web) le 27/06/2006 - 10:20:00

Petite visite de dimanche soir pour te souhaiter un bon début de semaine !

Sifranc: Enfin un mot gentil à mon égard, dommage: c'est un copier/coller qu'on retrouve sur tous les blogs connus. Tu travailles à la chaîne? Où y a d'la chaîne, y a pas d'plaisir...

Commentaire n° 5 posté par: Briesing(site web) le 06/11/2005 - 21:13:55

comme quoi les relations de bureaux deviennent de jour en jour meilleures... au moins on ne s'engeule pas.
Commentaire n° 6 posté par: Bestiolle(site web) le 16/11/2005 - 23:24:41

Trop dur, la vie d'un correcteur !
Commentaire n° 7 posté par: llh le 19/12/2005 - 11:23:05
Quand on vient dans mon bureau, c'est pour me signaler ce que je n'ai pas vu, rarement pour me féliciter des fautes que j'ai enlevées. C'est un travail ingrat, mais j'y tiens!
réponse de: Le stylo rouge (site web) le 31/12/2005 - 00:38:17

Incroyable! C'est dingue ça quand même
Bises
Commentaire n° 8 posté par: Cléo(site web) le 30/04/2006 - 19:20:35
Eh oui, les correcteurs ne font pas de bruit...
réponse de: Le stylo rouge (site web) le 30/04/2006 - 20:08:45

Une profession qui s’affaiblit

Les correcteurs ont mal à leur métier. Amoureux de la langue, ils ne parviennent plus à soigner leur travail, faute de moyens.

Souvent, la rédaction en chef nous demande d’être surtout attentifs aux chapeaux, titres et légendes, avoue le correcteur Olivier Bloesch. Nous faisons ce que nous pouvons. D’abord, nous corrigeons l’orthographe, la syntaxe, la ponctuation. Ensuite nous vérifions les chiffres, l’orthographe des noms, les confusions entre les mots comme millions et milliards. Nous essayons de lire l’édition une fois, intégralement.

Une vraie correction nécessite deux ou trois lectures, sur papier, par deux personnes différentes, affirment les professionnels; ils peuvent ainsi se mettre d’accord sur les interventions et uniformiser le journal. Les conditions actuelles ne le permettent plus.

Combien de temps encore les rédactions emploieront-elles des correcteurs? Les temps sont tristes pour ces travailleurs de l’ombre. Pour la qualité du français aussi.

Synthèse d’un article signé Geneviève Praplan

Bienvenue

Publié le par Sifranc le correcteur

Les catégories de ce blog

 

Les bons conseils de Sifranc

 

Le vade-mecum (intégral)

 

Vade-mecum A-E
 

Vade-mecum F-M

 

Vade-mecum N-S + Syntaxe

 

Vade-mecum T-Y + Traits d'union

 

Abréviations

 

Les verbes pronominaux


Maux d’oreilles et mots faux


Difficultés répertoriées


Expressions


Les genres douteux


Le subjonctif imparfait


Toponymes et métropoles


Traduction des localités et des partis politiques


Pays et villes


Avant que / Après que


Redites du verbe dire


Sports 

 

Langue fourchue

Le bêtisier

Les expressions

La pensée du jour

Divertissement + Dingbats

Des délices raffinées

Les gens d'ici

Acrostiches

Art de vivre

Gastronomie épicurienne

Souvenir de classe...

La loi de Murphy

--------------------------------------------------------

© Le Carnet de maladresses extraits
à demander au: service_correction@bluewin.ch

 

© L'Air du temps extraits
à demander au: service_correction@bluewin.ch

 

Bonne lecture!

La femme du cordonnier fait les lits... et nous on lit!                                                     photo dr

La femme du cordonnier fait les lits... et nous on lit! photo dr

Signe d'enlèvement...

Publié le par Sifranc le correcteur

Comment se nomme ce signe typographique et à quoi sert-il? Votre réponse dans la rubrique Commentaires

Comment se nomme ce signe typographique et à quoi sert-il? Votre réponse dans la rubrique Commentaires

Tous les signes de correction à télécharger dans le lien ci-dessous (Guide), avec notamment le deleatur qui signifie en latin «qu’il soit détruit», utilisé par les correcteurs pour suggérer la suppression d'une faute.

Guide du typographe

Dicos électroniques + Utilitaires

Publié le par Sifranc le correcteur

Le concours d'orthographe

Publié le par Sifranc le correcteur

Rendez-vous en novembre 2016

Rendez-vous en novembre 2016

Dictée publique

Texte concocté par le correcteur Francis Choffat pour la dictée publique, sous l’égide de l’Association des écrivains neuchâtelois et jurassiens (aenj) – Salle polyvalente d’Auvernier, dimanche 29 novembre 2015.

 

De bons crus élevés sur des coteaux ensoleillés

Bien qu’une ballade formée d’alexandrins eût été plus joyeuse qu’une dictée rébarbative, l’auteur de ces lignes a tenu à louer le travail des artisans de la terre qui se sont succédé au fil des ans au chevet de leurs sarments. Eh bien, on va se laisser charmer par une balade féerique sur les rives du lac de Neuchâtel. À une encablure d’un charmant vignoble, l’autoroute surchargée fera peut-être oublier à l’automobiliste pressé de s’arrêter. Dommage, il aurait pu goûter au fin nectar dont la littérature d’antan nous a narré les mystères dionysiaques célébrés ensuite par son acolyte Bacchus. De joyeuses bacchanales, libations de nos jours surveillées de près par la maréchaussée. Les danses lascives et le vin avaient des vertus aphrodisiaques appelées philtres d’amour à ne pas confondre avec le vin non filtré que les viticulteurs ont remis au goût du jour.

(Fin de la dictée pour les lycéens et apprentis)

Quoi qu’il en soit, il est de bon augure de vanter ces délices préparées par des vignerons qui se sont laissé emporter par leur passion, soit de chérir la vigne portée au pinacle par leur inextinguible savoir-faire. La peine qu’ils se sont donnée pour cultiver leur vin sous l’auspice de la Station viticole a été couronnée par des médailles d’or qu’ils se sont arrachées dans des concours œnologiques. C’est sans ambages que l’on peut dire que la région rebaptisée Milvignes a droit aux honneurs que les pisse-froid ont parfois occultés. Sans allumer des feux d’artifice en ce jour dicté par une rencontre discrète de fines plumes – les bas-bleus ayant décliné l’invitation –, je vous prierai de remercier par acclamation les Perchettes qui nous ont ouvert l’huis de la salle polyvalente d’Auvernier.

 

--------------------------------------------------------------------------

Question subsidiaire: test supplémentaire pour les ex æquo éventuels.

Cette auberge est un repaire de poivrots qui perdent parfois leurs repères pour rentrer à la maison.

Félicitations au Fribourgeois Daniel Fattore qui a réalisé le zéro faute! (photo Fabien Nissels - ldd)

Félicitations au Fribourgeois Daniel Fattore qui a réalisé le zéro faute! (photo Fabien Nissels - ldd)

Dictée des écoliers

La Motte et la carotte

Les carottes que nous avons mangées proviennent du marché de Neuchâtel. Chaque samedi, la foule envahit la place éponyme rendue célèbre par la Maison des Halles. Les touristes ne cessent de photographier ce joyau architectural du XVIe siècle. Sur les étals, on ne trouve que des produits frais, cultivés par des maraîchers passionnés par le travail de la terre. Là, pas d’agrumes défraîchis ou de carottes calibrées dans un souci commercial d’uniformité. Ce calibrage, exigé par le lobby de l’alimentation de masse, provoque l’opprobre justifié des cultivateurs bio. Mais pas de quoi exhumer l’écrivain Antoine* Houdar (ou Houdart) de La Motte qui avait déclaré : «L’ennui naquit un jour de l’uniformité.»

*Antoine Houdar (ou Houdart) de La Motte, écrivain et dramaturge français, naquit le 17 janvier 1672 à Paris où il mourut le 26 décembre 1731.

1. Déclamation; 2. Attention soutenue; 3. Proclamation; 4. Dénonciation de la réforme de 1990 (photos de Fabien Nissels - ldd)1. Déclamation; 2. Attention soutenue; 3. Proclamation; 4. Dénonciation de la réforme de 1990 (photos de Fabien Nissels - ldd)1. Déclamation; 2. Attention soutenue; 3. Proclamation; 4. Dénonciation de la réforme de 1990 (photos de Fabien Nissels - ldd)
1. Déclamation; 2. Attention soutenue; 3. Proclamation; 4. Dénonciation de la réforme de 1990 (photos de Fabien Nissels - ldd)1. Déclamation; 2. Attention soutenue; 3. Proclamation; 4. Dénonciation de la réforme de 1990 (photos de Fabien Nissels - ldd)

1. Déclamation; 2. Attention soutenue; 3. Proclamation; 4. Dénonciation de la réforme de 1990 (photos de Fabien Nissels - ldd)

Expressions à la carte

Publié le par Sifranc le correcteur

traincache1                                                                                                        

http://www.les-expressions.com/

Amusante, la langue française!

Les termes empruntés au monde animal sont partout. 
Que vous soyez fier comme un coq, fort comme un bœuf, têtu comme une mule, malin comme un singe, chaud lapin ou fine mouche, vous êtes tous, un jour ou l'autre, devenu chèvre pour une caille aux yeux de biche.
Vous arrivez frais comme un gardon à votre premier rendez-vous et là, pas un chat! 
Vous faites le pied de grue, vous demandant si cette bécasse vous a réellement posé un lapin. Le type qui vous a obtenu ce rancard, avec lequel vous êtes copain comme cochon, vous l'a certifié: «Cette poule a du chien, une vraie panthère!» C'est sûr, vous serez un crapaud mort d'amour. Mais tout de même, elle vous traite comme un chien. Vous êtes prêt à gueuler comme un putois, mais non, elle arrive.
Bon, dix minutes de retard, il n'y a pas de quoi casser trois pattes à un canard. Sauf que la fameuse souris, avec sa crinière de lion, est en fait plate comme une limande, myope comme une taupe, elle souffle comme un phoque et rit comme une baleine.
Vous restez muet comme une carpe. Elle essaie bien de vous tirer les vers du nez, mais vous sautez du coq à l'âne et finissez par noyer le poisson. Vous avez le bourdon, envie de verser des larmes de crocodile. Vous finissez par vous inventer une fièvre de cheval qui vous permet de filer comme un lièvre. Vous avez beau être doux comme un agneau, il ne faut tout de même pas vous prendre pour un pigeon!

Curiosités de la langue française! 
- On remercie un employé quand on n'est pas content de ses services. 
- On passe des nuits blanches quand on a des idées noires. 
- Pourquoi dit-on d'un pauvre malheureux ruiné qu'il est dans de beaux draps?
- Pourquoi, lorsque vous dites à quelqu'un: «Je ne partage pas votre avis!», il peut répondre «Les avis sont partagés»? 
- Pourquoi un bruit transpire-t-il avant d'avoir couru? 
- Quand un homme se meurt, on dit qu'il s'éteint. Quand il est mort, on l'appelle «feu». 
- Pourquoi lave-t-on une injure et essuie-t-on un affront? 
- Pourquoi parle-t-on des quatre coins de la terre, puisque la terre est ronde?  
- Comment distinguer le locataire du propriétaire lorsque ces deux personnes vous disent à la fois : «Je viens de louer un appartement»? 
 - Comment peut-on faire pour dormir sur les deux oreilles? 
 - Pourquoi appelle-t-on coup de grâce le coup qui tue? 
 - Pourquoi lorsque l'on veut avoir de l'argent devant soi, faut-il en mettre de côté? 
 - Le pot a des oreilles et nous disons: «Sourd comme un pot.» 

 - Pourquoi dit-on: «embarras de voitures» quand il y a trop de voitures, et «embarras d'argent» quand il n'y a pas assez d'argent? 

Philosophie épicurienne

Publié le par Sifranc le correcteur

Après notre série inquiétante sur la condition animale qui finit dans nos assiettes, voici une petite séance philosophique.
Sifranc vous propose sa rubrique
humoristique sur la Gastronomie épicurienne:

Délices de fins gourmets

01. Quiz sur le vin
02. Liens œnologiques et gastronomiques
03. Le contenant avant le contenu
04. Le savoir mis en bouteilles
05. Effluves éthyliques
06. Cuisine moléculaire de base
07. Prose éthylique
08. Dégustation de whisky
09. Charlotte aux kiwis
10. Dinde au whisky
11. Affiché au bistrot
12. Ethylomètre + Temps de décuvage

gym avinée

Un dernier verre, ou un verre de trop?

Taux d'alcoolémie selon l'heure qu'il est, un clic ici:

http://www.vinetsociete.fr/test.html

Délices de fins gourmets

Publié le par Francis Choffat

Le correcteur aime aussi la bonne chère (faire un bon repas),

mot souvent confondu avec chair (la chair est faible...)

 

La bonne chère
http://oyeoye.over-blog.com/   

 

Langage du connaisseur de vins

http://www.vignobletiquette.com/info/degust/vocddeg.htm 

 

Avant la dégustation

http://www.sommelier-vins.com/

http://bourgogne.over-blog.com/

 

Le savoir mis en bouteilles...
Le contenant et le contenu
une dame-jeanne: grosse bouteille de 20 ou 50 litres, généralement clissée,
contenant du vin ou de l'eau-de-vie

http://1001recettes.blogspot.com/2006/07/contenant-et-pas-contenu.html

... à consommer sans modération (le savoir, donc) 

--------------------------------------------------------------


La dégustation de Sifranc

débutant en whisky

Mes préférés:

Speyside Breaval 11 ans

land Vattet 16 ans

Glencadam 12 ans

Isle of Arran 6 ans

Tomintoul 8 ans

Irish Singel malt 8 ans

Speyside Tomalin 18 ans

Islay Malt

Bunnababhain 9 ans

Tomintoul 8 ans

Ken Lough

 

  

Mes notes 1 - 20 pour les pur malt

 

Glenkinchie

Note: 15/20

âpre, il tire agréablement en bouche

 

Lagavulin

Note: 8/20

amertume, potion à la tourbe mélangée au vernis à ongles

 

Cragganmore

Note: 10/20

âpre, goût médicinal, a du caractère à revendre

 

Oban

Note: 18/20

Pas d’amertume, goût prononcé, bien typé

 

Dalwhinnie

Note: 15/20

Goût de malt prononcé, il «ré-chauffa» l’œsophage, chaleureux

 

Talisker

Note: 6/20

Odeur de sparadrap mouillé, content d’avoir pu finir la bouteille

Vers éthyliques

Publié le par Sifranc le correcteur

Le vin qui fait parler

 

Il m’est arrivé une histoire dont il faut que je vous donne, si je puis dire, la primeur. 

C’était il y a quelque temps, au bal de la Nuits Saint-Georges que j’ai rencontré la petite Juliénas. Une fille drôlement Gigondas, un sacré beau Meursault, bien charpentée, et sous sa robe vermillon un grand cru classé, avec des arômes de cassis et de fraises des bois.  

On a dansé Anjou contre Anjou sur un Sylvaner à la mode et plus tard, lorsque je lui ai proposé de l’emmener dans mon Chateauneuf-du-Pape, elle est devenue toute Crozes-Hermitage! 

Le temps d’aller chercher un Chablis au vestiaire, de mettre un petit Corton dans ses cheveux, on est monté dans ma Banyuls et on a roulé jusqu’au matin. Ah quelle belle journée!

On s’est baladé Entre-deux-mers, il faisait beau, on a Vacqueyras sur la plage, les pieds dans l’eau Clairette.

On s’est Pouilly-Fuissé dans les dunes et comme le Mercurey montait sérieusement et qu’on commençait à avoir les Côtes-Rôties, on a décidé de rentrer.

Mais voilà, en partant nous nous sommes retrouvés coincés dans les embouteillages, enfin les bouchons, quoi! Je commençais à Minervois sérieusement et là, Juliénas et moi, nous avons commencé à nous crêper le Chinon. D’un seul coup, elle a claqué la Corbière de la Banyuls et elle est partie! Je me suis retrouvé comme Macon. Quoi, me suis-je dit, elle s’est déjà Sauvignon avant même que j’aie le temps de la Sauternes! Mais je vous Jurançon, je l’avais dans la Pauillac, en effet, j’étais tellement Tokay que j’ai couru après elle dans Lalande et les Chardonnay pour la rattraper.  

Quand on s’est retrouvés, et que je l’ai vue devant moi en Gros-plant, je lui ai dit «Ne fais pas ta Pomerol, et ne t’en vas plus Gamay!» 

En pleurant, elle est tombée dans mes bras en Madiran:

«Ne m’en veux pas, je voulais être sûre que ton Saint-Amour était vraiment Sancerre.» 

Depuis, on ne s’est plus cuités!

Cuisine moléculaire

Publié le par Sifranc

Des œufs à la mode Sifranc

 

oeufs


Voici une recette issue de la cuisine moléculaire:
cuire un œuf de poule à 65 °C pendant 90 minutes.
(requiert l’utilisation d’un thermomètre spécial).

 

Plus besoin d'écailler!

Au terme de la cuisson (à surveiller!), il suffit de casser en deux l'œuf sur le bord de la casserole comme s'il s'agissait d'un œuf au plat.


Le goût du blanc est exquis (assaisonner légèrement), le jaune se détache en une boule bien ronde appétissante et décorative.

Effluves éthyliques

Publié le par Sifranc

Consommation d'alcool - Symptômes, causes et solutions
 
 
1 - Symptôme: Pieds froids et humides.
Cause: Ton verre est incliné sous un angle incorrect.
Solution: Tourner le verre jusqu'à ce que la partie ouverte soit vers le haut.
 
2 - Symptôme: Pieds chauds et mouillés.
Cause: Ça y est, tu t'es pissé dessus.
Solution: Va te sécher aux toilettes les plus proches.
 
3 - Symptôme: Le comptoir est en émail blanc.
Cause: Vous n'êtes toujours pas sorti des toilettes.
Solution: Appelez à l'aide.
 
4 - Symptôme: Vous n'avez pas la bière que vous avez commandée depuis ¼ d'heure.
Cause: Le comptoir est derrière vous.
Solution: Retournez-vous, votre bière est là.
 
5 - Symptôme: Le mur d'en face est plein de lumières.
Cause: Tu es tombé sur le dos.
Solution: Positionne ton corps à 90 degrés par rapport au sol.
 
6 - Symptôme: Ta bouche est pleine de mégots.
Cause: T'as piqué du nez sur le cendrier.
Solution: Retire tout ça et régale-toi la bouche avec un bon gin tonic.
 
7 - Symptôme: Vue troublée.
Cause: Tu regardes à travers un verre vide.
Solution: Redemande une tournée de ta boisson favorite.
 
8 - Symptôme: Le sol se déplace sous tes pieds.
Cause: Deux videurs te sortent du bar.
Solution: Demande au moins où ils t'emmènent.
 
9 - Symptôme: Reflets multiples de visages te regardant fixement dans l'eau.
Cause: Tu es dans les toilettes, essayant de vomir.
Solution: Mets-toi un doigt dans la gorge.
 
10 - Symptôme: Les gens autour de toi parlent avec un écho mystérieux.
Cause: Tu as le verre dans l'oreille.
Solution: Arrête de faire le crétin.
 
11 - Symptôme: 
La disco bouge beaucoup, les gens sont habillés en blanc et la musique est assez monotone.
Cause: Tu es dans une ambulance.
Solution: Ne pas bouger. Possible coma éthylique.
 
12 - Symptôme: Ton père a l'air très bizarre et tes frangins te regardent d'un air étonné.
Cause: Tu t'es gouré de maison.
Solution: Demande-leur s'ils peuvent t'indiquer où est la tienne.
 
13 - Symptôme: Un énorme spot de la disco t'aveugle.
Cause: Tu es allongé dans la rue et il fait déjà jour.
Solution: Café et une petite goutte pour se remettre. 

Ethylomètre en ligne
http://www.1001cocktails.com/alcoolemie.php


Vu sur la pancarte d'un bistrot:

Ceux qui boivent pour oublier sont priés de payer à l'avance!

Recettes de cuisine

Publié le par Le stylo rouge

La dinde au whisky

 
Acheter une dinde d’environ 5 kg et une bouteille de whisky. Prévoir du sel, du poivre, de l’huile d’olive, des bardes de lard.
Barder la dinde de lard, la saler, poivrer et ajouter un filet d’huile d’olive.
Préchauffer le four (thermostat 7) pendant 10 minutes.
Se verser un verre de whisky. Le boire.
Mettre la dinde au four dans un plat à cuisson.
Se verser deux verres de whisky. Les boire.
Après une debi-beurre, fourer l’ouvrir et surbeiller le buisson de la pinde.
Oubrir la borte, reburner, revourner, enfin bref, mettre la guinde dans l’autre sens.
S’asseoir sur une butain de chaise et se reverdir 5 ou 6 verres de wizky.
Buire, non luire, non cuire la bringue bandant 4 heures.
Et hop, 5 verres de plus.
Retirer le four de la dinde. Se bercer une bonne goulée de whisky.
Rabasser la dinde (l’est tombée bar terre).
L’ettuyer et la voutre sur un plat….sur un clat….sur une assiette.
Se béter la figure à cause du gras sur le barrelage de la buisine.
Ne pas essayer de se relever.
Déciver qu’on est bien par derre et binir la mouteille de rhisky.
Plus tard, ramber jusqu’au lit, dorbize gui reste de la nuit.
Le lendemain matin, prendre un Alka Seltzer, manger la dinde froide avec de la mayonnaise, et nettoyer le bordel que vous avez mis dans la cuisine.
Durée : une bonne journée!






Pour le dessert

 

Charlotte aux kiwis

Ingrédients: 
- 1 lit chaud 
- 2 corps différents (préalablement lavés) 
- 500 g de caresses (ou plus) 
- 50 g de baisers (ou plus) 
- 1 banane pas trop mûre 
- 2 kiwis 
- 2 pamplemousses (assez gros) 

Temps de réalisation : 15 min au minimum 

Recette: 
- introduire délicatement les deux corps dans un lit chaud, avec 50 g de baisers au moins 
- enduire les surfaces des corps avec 500 g de caresses (en rajouter si pas assez doux) 
- couvrir ces mêmes corps, en particulier la banane, jusqu’à saturation ; attention à ne pas faire blanc en neige 
-  agiter avec ménagement les deux pamplemousses, les faire dorer très légèrement sans les faire rougir 
- mettre la banane préalablement chauffée du bout des doigts dans le four à température ambiante. 

Attention: laisser les deux kiwis non pelés à l’extérieur! 
- manœuvrer la banane très délicatement en va-et-vient ; la sortir de temps en temps, afin de contrôler la cuisson et vérifier qu’elle ne perde pas son jus 
-  la vitesse de manœuvre varie avec la marque du four 
- extraire le jus de la banane qui, lui, doit rester dans le four; retirer celle-ci avec légèreté 
- laisser refroidir 
- le gâteau se démoule en principe à neuf mois. 

Recommandations: ne pas omettre de répéter fréquemment la recette, afin d’en savourer chaque fois davantage le goût.

Viande sur la sellette

Publié le par Sifranc le correcteur

La bouffe larvée

Vous reprendrez bien une quiche aux vers?

Un entomologiste néerlandais a tenu une conférence universitaire sur la consommation des insectes à des fins alimentaires. L’entomophagie serait en passe de détrôner la cuisine occidentale. Les étudiants ont eu l’occasion de goûter une tartelette aux vers. La protéine a le goût de noisette quand elle n’est pas mélangée à du chocolat.
Si je dois un jour m’astreindre à engloutir des bestioles grouillantes, je suis persuadé que la revanche sera imparable: des vers viendront me bouffer dans ma tombe...
Le scientifique a ensuite convié l’assistance à un banquet: rouleaux de printemps aux sauterelles, crème aux larves, quiche aux vers de farine. Parmi les insectes comestibles – 1200 espèces , on trouve des moucherons, guêpes, termites et coccinelles. Selon l’entomologiste-nutritionniste, chacun de nous, à son insu, mange en moyenne 500 grammes d’insectes par an, dissimulés dans de la confiture aux framboises ou du pain...
Pour moi, un ver ça va, trois vers, bonjour les dégâts!

Une de mes tantes était horrifiée par une colonie de fourmis qui montait de son jardin pour envahir sa cuisine. Le droguiste lui avait vendu un insecticide. Si elle avait su! La nourriture était livrée à domicile... Avec les fourmis, on réalise les meilleurs banquets, selon les chercheurs.
Le lombric a été élu Animal de l’année 2011 par Pro Natura. Qu’on protège donc ce digne gardien des sols suisses et qu’on le biffe des menus concoctés par des savants: ça m’évitera d’en trouver un dans mon assiette!  © AdT

L'homme est un omnivore, comment gérer son alimentation? (voir lien ci-dessous)

La dignité dans l'abattage

(photo dr) copyright L'Air du temps

(photo dr) copyright L'Air du temps

L'acrostiche posthume (2)

Publié le par Le stylo rouge

No comment...

 

Le billet non lu
Dans la nuit noire, on entendit un coup de feu provenant du garage collectif d’une maison-tour. On apprit plus tard que Monsieur *** avait décidé de quitter ce monde pas fait pour lui.
A l’enterrement, tous les copains du Stamm étaient là. Ceux de l’apéro qui l’aidaient à noyer son chagrin dans la bière savaient qu’il était cocu, le pauvre. Mais l’équipe des leveurs de coude ne trouva personne qui eût assez de tact pour aborder le sujet: quitter sa blonde!
Agacé par l’hommage chronométré du pasteur, je griffonnai sur une page blanche dérobée au Psautier romand un poème formant le prénom du défunt. Après l’oraison funèbre, je me dirigeai vers la sortie de la chapelle pour ne pas avoir à serrer la main de la veuve éplorée. Dans ma fuite, je lâchai mon billet par terre. Un gardien du cimetière me rappela qu’il fallait respecter les lieux, que des poubelles étaient installées pour les vivants! Rouge de confusion, je ramassai mon papier et l’enfouis dans la poche de mon veston. Quittant la haie des membres de la famille et des m’as-tu-vu-à-l’enterrement, je retrouvai les potes au bistrot pour reparler du disparu: «Quel con, il aurait dû nous dire, on aurait fait quelque chose pour lui!» Puis le poème réapparut à la table ronde. On put enfin boire mes vers entre nous. Tant pis pour la veuve! De toute façon, elle n’aurait pas compris que c’était un acrostiche, pas vu que ça rimait et pas senti que la plume avait été trempée dans les larmes d’un ami...

 

Rêvant d’un amour absolu
IImpossible à conjuguer
Qu’on ne vienne pas juger
Un brave homme qui a voulu
Enserrer son frêle idéal
Tellement fort qu’il s’est fait mal.

C'est raté!

Publié le par Sifranc le correcteur

Le tout jeune hebdo gratuit "A+" du canton de Neuchâtel ne suit même pas la réforme de l'orthographe que nous avons dénoncée sur ce blog. Alors qu'on nous conseille de supprimer les accents circonflexes, le jeune canard boiteux (sans î) en rajoute! On vous l'avait dit: la réforme de 1990 n'aide personne: ni les bons en orthographe ni ceux qui ne maîtrisent pas la langue. Le nivellement par le bas n'aura pas suffi!

La réforme de 1990 n'y est pour rien!

La réforme de 1990 n'y est pour rien!

Liens utiles

Publié le par Sifranc

1 2 3 4 5 6 7 8 9 > >>